Contexte

Contexte

Le bassin versant (BV) du Lac de Bizerte est un pôle de développement important pour le gouvernorat de Bizerte, caractérisé par de grandes agglomérations urbaines et diverses activités industrielles et commerciales. De par ces activités, le Lac de Bizerte est affecté par différentes sources de pollution d’origine industrielle, urbaine et agricole.

Le Lac de Bizerte constitue une lagune côtière qui communique avec la mer Méditerranée par le goulet de Bizerte (créé artificiellement en 1881) et avec le lac Ichkeul par l’oued Tinja. La superficie totale de ce bassin versant est de 2.080 km² dont 240 km² de plans d’eau (Ichkeul & Bizerte). Il présente une concentration démographique d’environ 500.000 habitants et constitue un pôle de développement socio-économique important. En effet, cette zone est caractérisée par des activités industrielles, agricoles, portuaires et commerciales très variées et dynamiques.

Les deux lagunes (Ichkeul & Bizerte) communiquent par l’oued Tinja au long de 5 km. En automne-hiver, le lac Ichkeul est alimenté en eau douce par six principaux oueds induisant une montée du niveau de ses eaux et l’inondation de ses marais ; le surplus se déverse dans le lac de Bizerte. En été au contraire, sous l’effet de l’intense évaporation et de l’absence d’apports des oueds, le niveau du lac Ichkeul abaisse au-dessous de celui de la mer et le courant s’inverse dans l’oued Tinja : les eaux marines du lac de Bizerte pénètrent alors dans le lac Ichkeul. La construction de trois barrages au niveau du bassin versant du lac d’Ichkeul (Joumine, Ghezala, Sejnene) et le positionnement d’une écluse sur l’oued Tinja pour régler le passage d’eau a considérablement bouleversé l’équilibre naturel d’échange d’eau entre le lac d’Ichkeul et le lac de Bizerte. L’objectif de l’écluse est de garder un niveau d’eau suffisant pour l’avifaune dans le lac Ichkeul qui est inscrit sur la liste des sites protégés de la Convention intergouvernementale de RAMSAR dont l’UNESCO en est le dépositaire.

 

 

Malgré les efforts déployés par l’Etat et les Institutions Publiques et par des acteurs économiques privés, les activités anthropiques dans ces bassins versants (pollutions agricoles, industrielles et urbaines) contribuent à la dégradation aiguë de son environnement et affectent sévèrement les eaux et écosystèmes du lac de Bizerte et la frange littorale Méditerranéenne. De plus, certaines de cellesci constituent, pour les populations locales, de réelles et permanentes sources de nuisances.

En 2004, le Ministère de l’Environnement, qui fait maintenant partie du Ministère des Affaires Locales et de l’Environnement, a lancé une étude sur la dépollution du Lac de Bizerte basée sur une approche par BV regardant la pollution d’une manière intégrée plutôt que sectorielle. Cette étude a identifié des priorités d’intervention tout en recommandant de lancer un programme permettant de s’attaquer à l’ensemble des sources majeures de pollution.

Le lancement officiel du Programme Intégré pour la Protection du Lac de Bizerte contre la pollution a été annoncé le 1 novembre 2016 par M. Youssef Chahed Président du Gouvernement, par Mme Federica Mogherini, Vice-Présidente de la Commission Européenne, la haute représentante de l’Union Européenne Chargée des Affaires étrangères et de la politique de sécurité et par M. Fathallah Sijelmassi, secrétaire Général de l’Union pour la Méditerranée.

Ce programme a ensuite été intégré au programme de préparation des investissements à réaliser au sein de l’Initiative de dépollution de la Méditerranée, Horizon2020 (H2020), notamment sa composante visant les points présentant une haute criticité environnementale (hot spots).

La Banque Européenne d’Investissement (BEI), à travers son soutien au développement de projets de dépollution dans le cadre de cette initiative, a réalisé une étude pour l’identification des projets prioritaires d’investissement de réduction de la pollution, y compris l’estimation du financement nécessaire. Sur la base de cette étude, une étude de faisabilité détaillée du Programme de Dépollution Intégrée du Lac de Bizerte a été financée et préparée au sein de l’initiative H2020. Cette étude a permis de réévaluer les interventions proposées dans l’étude de 2004 mentionnée ci-dessus en tenant compte des conditions environnementales actuelles du lac et des principaux facteurs de stress environnemental. Dans ce cadre, des options prioritaires ont été identifiées et soumises à une analyse approfondie de faisabilité. 

Un Comité de Pilotage (COPIL) du Programme intégrant l’ensemble des acteurs locaux, y compris de nombreux représentants de la société civile, a été constitué et consulté à chaque étape de l’évolution du Programme.

Le Programme envisage un ensemble d’actions intégrées liées par un objectif commun de dépollution du bassin versant du Lac de Bizerte et d’amélioration de la qualité des eaux du lac et de l’état de ses écosystèmes. Afin d’atteindre cet objectif, il est primordial que toutes les sources potentielles de pollution soient prises en charge par le Programme pour être éliminées ou réduites jusqu’à un niveau considéré comme acceptable au regard des normes en vigueur.

nOUS SUIVRE
Vidéo EN BREF
Composantes du programme
Composantes D'INVESTISSEMENT

Réduction de la pollution industrielle (émissions atmosphériques, effluents liquides, déchets solides) visant principalement des usines étatiques 5la sidérurgie d’El Fouledh, la raffinerie STIR et la Cimenterie de Bizerte SCB).

Amélioration de l’Assainissement par l’Extension et la réhablitation de réseaux d’assainissement des agglomérations urbaines et rurales autour du lac et la modernisation de trois (03) stations d’épurations de Bizerte, M. Bourguiba et Mateur afin que la collecte et le traitement des eaux usées atteignent les normes tunisiennes. Le Programme comprend également un système pilote d’assainissement individuel pour les habitations dispersées en zone rurale. 

Gestion des déchets solides par la réhabilitation et l’aménagement de la décharge anarchique de Menzel Bourguiba, dans la zone sud-ouest du lac

Cette composante consiste à l’aménagement des berges de la zone nord-est du Lac avec la création d’une corniche devant la ville de Menzel Abderrahmane et l’extension de son port de pêche.

Les composantes d’investissements sont accompagnées d’un volet important d’assistance technique (AT), d’actions de durabilité et de renforcement du cadre institutionnel soutenant :(i) l’Unité de Gestion par Objectifs (UGPO) qui assurera la gestion du Programme, (ii) les organismes de mise en œuvre des investissements, (iii) les entités nationales et locales chargées d’assurer la durabilité des résultats du Programme, (iv) le Gouvernorat de Bizerte pour l’adoption d’une approche participative à la planification locale et régionale, et (v) le développement d’un cadre pour la gestion intégrée des ressources en eau dans le bassin versant.

Actions visant à diffuser les leçons du Programme et ses aspects novateurs afin d’en favoriser l’émulation dans la région Méditerranéenne. 

Composantes d'accompagnement

Les composantes d’investissements sont accompagnées d’un volet important d’assistance technique (AT), d’actions de durabilité et de renforcement du cadre institutionnel soutenant :(i) l’Unité de Gestion par Objectifs (UGPO) qui assurera la gestion du Programme, (ii) les organismes de mise en œuvre des investissements, (iii) les entités nationales et locales chargées d’assurer la durabilité des résultats du Programme, (iv) le Gouvernorat de Bizerte pour l’adoption d’une approche participative à la planification locale et régionale, et (v) le développement d’un cadre pour la gestion intégrée des ressources en eau dans le bassin versant.

Actions visant à diffuser les leçons du Programme et ses aspects novateurs afin d’en favoriser l’émulation dans la région Méditerranéenne.